Livre

61hckhjznvl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Essai

 

PATRICE BLANC-FRANCARD

 

Rock my Soul

 

Aretha Franklin, Otis Redding,
Tina Turner, James Brown...

 

 

    Alors qu’il n’est pas toujours facile d’y voir totalement clair dans ce qui constitue la soul music, la lanterne de Patrice Blanc-Francard se montre d’un grand secours. Son essai baptisé Rock my Soul apporte de salutaires lumières en la matière.
   
Née aux États-Unis de l’union du gospel et du blues, classifiée d’abord « black race music » puis nommée rhythm’n’blues, celle qui finira par prendre l’appellation de soul music forme un continent musical immense. Sous ce label, des artistes ou groupes musicaux tels que Aretha Franklin, Otis Redding, Tina Turner, James Brown, Diana Ross, Wilson Pickett, Marvin Gaye, Isaac Hayes et autres Mar-Keys, Supremes, Temptations, Four Tops ou Jackson Five ont marqué l’histoire de la musique à jamais. Les rôles joués par des maisons de disques comme Atlantic (New York), Tamla-Motown (Detroit), Stax (Memphis), en assurant leur production et leur promotion, ont par ailleurs été décisifs.
   
L’époque des années 60 peut être considérée comme l’époque héroïque de la soul music : créativité intense, flamboyante, sidérante, coups de tonnerre musicaux à foison, shows mirobolants, chorégraphies de scène survoltées, paillettes à gogo… Dans ces mises en œuvres artistiques, percent aussi des arrangements scrupuleux, des lignes de basse mémorables, des voix sublimes, une énergie rythmique stupéfiante, des riffs et des backs1 d’anches et de cuivres aussi fignolés que portés par une ferveur jamais absente… Le mariage de tous ces ingrédients sonne chaud, habité, de façon exceptionnelle.
   
En lisant le livre de Patrice Blanc-Francard, on est souvent conduit à d’utiles rafraîchissements de mémoire et à de fameuses découvertes. Voila signalés des morceaux de premier ordre mis avec le temps aux oubliettes. Voila restitués à leur juste place des musiciens et des musiciennes majeurs délaissés. Voila révélées des personnalités hors ligne qui nous sont quelquefois totalement inconnues, telle la chanteuse Tammi Terrell, tel Donny Hathaway et sa voix somptueuse  (avec What’s Going on Live, par exemple), tel Solomon Burke (avec A Change Is Gonna Come). 2
   
Lorsque l’on parcourt la discographie, on voit que la soul music passe tout au long de sa durée par des phases qualitativement inégales, contrastées, phases accompagnées toutefois — la majeure partie du temps — par de très impressionnants succès commerciaux. Les Ronettes avec leur efficace Be My Baby  (1963) fleurant bon le yéyé et le hula hoop ainsi que les Supremes avec leur rutilant Baby Love (1964) pulvérisent des records de ventes de disques. Après un hit retentissant intitulé Last Night (1961)3, les Mar-Keys, quant à eux, deviennent Booker T. & the MG’s. Leur blues Green Onions (1962) fricassé à l’orgue Hammond et à la guitare Fender fera lui aussi un tabac monumental.
   
Tout n’est pas transcendant dans ce qu’a pu produire à grands flots la soul music. Osons dire qu’on y rencontre parfois du sirop, de la soupe, de la mauvaise variété, mais en regard que de chefs-d’œuvre ! Que de coups de génie musicaux ! 4 Il faut complimenter sans restriction Patrice Blanc-Francard d’avoir concocté ce généreux festin livresque évoquant un passionnant répertoire, tantôt survitaminé, tantôt languissant ou pathétique, celui de la soul music.

                                                                                                  Didier Robrieux

Rock my Soul
par Patrice Blanc-Francard

Ed. Calmann-Lévy, 2022

_____________

  1. riff : boucle, répétition d'un motif, notes répétées ; back ou background : jouer derrière le ou la soliste, "faire des backs".

  1. Solomon Burke : le « roi de la soul […] 38 albums en studio […]  26 titres dans les hit-parades […] 17 millions d’albums » vendus au total… (P. Blanc-Francard).
    A écouter notamment la performance Solomon Burke/Aretha Franklin aux Music Masters de 2005. Impressionnant.

  1. Ce célèbre instrumental des Mar-Keys  (1961) — athlétique mais assez grossier, à vrai dire — sera utilisé un temps comme indicatif musical de l’émission « Salut les Copains » diffusée sur la radio Europe 1 de 1959 à 1969.

  1. Pour les années 60, avouons admirer chaudement plus spécialement :

(You Make Me Feel Like) A Natural Woman I Say A Little PrayerI Never Loved A Man (The Way I Love You)Baby, I Love You Do Right Woman  — Respect
(Aretha Franklin)

I Can't Turn You LooseTry A Little TendernessI've Been Loving You Too LongSittin’on the Dock Of the BayFa-fa-fa-fa-faMy Girl
(Otis Redding)

I Got You (I Feel Good) Papa’s Got a Brand New Bag It's A Man's Man's Man's World Cold Sweat Say It Loud, I'm Black & I'm Proud Please, please, please (anté :1958)
(James Brown)

BustedUnchain My Heart
(Ray Charles)

Hold on I'm Coming — Soul Man — I Thank You
(Sam & Dave)

She's lookin'good — Land of 1000 Dances — Everybody Needs Someone to Love — In the Midnight Hour
(Wilson Pickett)

Reach Out I'll Be There I Can't Help Myself 
(The Four Tops)

Who’s Making Love
(Johnny Taylor)

I Want You Back — Et années 70… ABC
(The Jackson Five)

For Once In My Life — Et années 70… You Are The Sunshine Of My Life Isn't She Lovely Superstition Sir Duke
Et années 80… I Just Called To Say I Love You
(Stevie Wonder)

 

[ Novembre 2023 ]
DR/© D. Robrieux